Toponymie - 3

Quelques explications et hypothèses sur la signification ou l’origine des noms de nos villages. (éléments de toponymie).

Berlez :

Bre, par inversion de consonne « Ber », butte
Les : cour

Bodervedan :

Bod :, résidence (à l’origine), touffe, buisson, fourré (plus tard).
Fetan : fontaine (hypoyhèse)
Bedan Bedig : fauvette (autre hypothèse)
an, ig : marques de diminutif.

Bulaouen :

Origine incertaine.
Bu : victoire

Coet roc’h - Koed roc’h :

Koed : bois
Roc’h : roc, roche, rocher
Localement « roc’h » peut aussi faire allusion à un dolmen ; précisément, à proximité de ce village, on trouve un dolmen.

Crenihuel, krenihuel :

Krec’h : hauteur, éminence, colline, haut, côte, montée.
Ihuel : haut, mais peut aussi être une contraction de « an ihuel » (variante de « iudhael »), qui signifie noble, seigneur. (1)

Croix du Roz, er C’hroezioù, Roz vras, Roz vihan :

Kroez : croix.
Er c’hroezioù : les croix (le croisement)
Roz : terrain en pente couvert de fougère ou de bruyère, tertre, coteau.
Braz : grand.
Bihan : petit.

En, Er, El :

L’article est souvent « avalé » dans la prononciation usuelle, nous avons donc pris le parti de ne le noter –mais en minuscule- que lorsqu’il est suivi d’une mutation (par exemple « er C’hroezioù » ou « er Gozhker ») ou dans les cas où il est systématiquement et clairement prononcé (c’est la cas de « er Rest », « er Poullaoù », « en Tolaoù », par exemple.

Gouezillio, gwezhoù :

Gwezh : ruisseau, marécage.
Gwezhoù : forme plurielle de ruisseau.
Silioù : anguilles (ce nom pourrait aussi provenir de « Gwezh silioù » selon une autre hypothèse).
Parfois aussi appellé « gwezhigoù » (4)

Gwernaoter :

Gwern : marais.
Auter : est un nom de personne contenant le germanique « auda », richesse et le germanique « hari », armée, peuple. (1)
Aoter : autel, procéde du vieux breton altor tout comme le gallois allor. En toponymie, il désigne en général une table de pierre.(2)
Autre hypothèse : il pourrait aussi s’agir de la contraction de « an naoter », le notaire.

Gwervezo :

Gwern : marais.
Guezo : nom de personne diminutif de « guez », beau, joli, bien bâti.(1)
Bezv : bouleau, « ar vezoù », les bouleaux.
Généralement prononcé « Gwec’hoù » ; Gwec’h est aussi ruisseau.

Ker, kêr :

Kêr : ville, village, maison, chez soi…
Lorsque ker est attaché à un autre mot, nous avons pris le parti de ne pas mettre l’accent «^»

Kêr Yves – Kêr Iwan - Ti nevé

Ti : maison
Nevé : nouveau
Ce village a été appelé Kêr Yves au moment de la construction de la maison actuelle, à cette époque les voisins ont pris l’habitude de l’appeler aussi « Ti nevé ».

Kerbelegig :

Beleg : prêtre.
Le suffixe « ig » est un diminutif.
Il s’agit soit d’un surnom ou d’un lieu relevant de l’autorité d’un prêtre.(2)
Il peut aussi simplement s’agir d’une maison, propriété d’une famille Belegig.

Kergalpêr :

Kal : dur
Pêr : poire.
Kalpêr concerne la poire sauvage. (1)
Lieu abondant en poiriers sauvages.(2)
Souvent prononcé « Kergalpen »

Kergreiz :

Kreiz : milieu, centre.

Kerjoseph - Koed sapin :

Koed : bois.
Sapin : sapin.

Kerlann :

Lann : lande, ajonc ou ermitage.

Kêr Maria - Lann Silieg :

Lann : lande, ajonc, ou ermitage
Silieg : Silfiac.
Ce nom désignait les communaux qui s‘étendaient entre les routes Silfiac/Guéméné et Silfiac/Lescouët jusqu‘à Berlèze.(HC)

Kêr Roc’h :

Roc’h : roc, roche, rocher.
Le nom de ce village peut aussi être rattaché à celui de la famille Le Roc‘h puisqu‘un membre de cette famille habitait ce village et était (le fils du) Juge de Paix à Gouarec, d’où l’autre nom de ce village : Lann juj.

Lann juj :

Lann : lande, ajonc ou ermitage.
juj : peut provenir d’un nom de famille mais, dans le cas présent, ce nom renvoie à la fonction de l’un des habitants de ce village.
Ce village qui s’appelle aussi « Kerroc’h » a été habité par la famille Le Roc’h dont l’un des membres était Juge de Paix à Gouarec.

Kerserf :

Contient le nom de personne « serv ». Cet anthroponyme a pour radical « servus », dévoué à… St Serv vécut au VI ème siècle.
En 1536 ce village était écrit « Kerserf ».Correspond au nom de saint gallois Serw, frère de Pedrog et Gundleius. Ce nom procède vraisemblablement d’un emprunt au latin servus , esclave, serviteur.(2)
Serf pourrait aussi provenir de serpent. (2)
Autre hypothèse : le ff de la fin pourrait provenir, comme pour Scorff d’une n tildé ; sern pourrait alors désigner une enceinte.(3)
Peut-être aussi simplement issu de la propriété d’une famille Er serf ou Er serv.

Kervégan :

Contient « Guegan », nom de personne .

La Villeneuve - Kilvinez :

Ez : marque du féminin.
Kivin ou kivinien est une variété de mousse ; ce village, dans cette hypothèse, pourrait être un lieu où l’on trouve cette mousse.
QUILFINEZ en 1695.

Lann porc’hen :

Lann : lande, ajonc ou ermitage.
Porc’henn : peut-être de « porc’h », étoupe.
Peut-être aussi issu de porzh, « cour ».
Ce village, à une époque, a été écrit « lann er porheu »
Aucune mention d’un « t » à la fin ; ce qui aurait pu formuler l’hypothèse d’une contraction de « poar hent », quatre routes (Chemin du Roi Salomon croisant la voie romaine).

Lann Zarans – Lann Zarence :

Lann : lande, ajonc ou ermitage.
Zarans : contraction de Sant Laorans, St Laurent.
Lann Zarence renvoie à une francisation proche de Laurence ou Clarence.

Lannouan :

Lann : lande, ajonc, ou ermitage.
Oan : agneau.

L’Aunaie- er Wern :

Nom français signifiant un lieu humide planté d’Aulnes ; autrefois ce village était souvent également appelé « Gwern », « er wern », qui est l’expression bretonne correspondante.

Le Bretin ; er Vretin :

Bretin : nom de personne (même racine que « breton »). (1)
Bretin : garenne

Le Cosquer, er Gozhkêr :

Kozh : vieux, ancien.
Souvent, lorsque l’adjectif est placé en tête, cela signifie « village en ruine ou abandonné »

Le Fouillé, Er Vouilhé :

Fouilhez : Feuillée, endroit riche en feuillus.

er Voustoer :

Er vouster : monastère primitif.

Le Taulo, en Tolaoù, Tolaoù vihan/el Lonch :

Doloù : méandres.
Bihan : petit.
Taoloù vihan est aussi parfois appelé Al Lonch (maisonnette, maison modeste, cabane).

Le Poulo, er Poullaoù :

Poull : trou, fosse, mare, flaque.
aoù : marque du pluriel.

Le Reste, er Rest :

Rest : Demeure, apparaît à de nombreuses reprises dans les actes de Réformation de la noblesse bretonne. Il a un sens de demeure de repos, un lieu où l’on restait, où l’on se reposait ; par extension, une demeure noble où le sieur aimait à se retirer en dehors de son habitation principale.

Moulin de Pt Samouel, Melin Pont Samoel , Pont Samoel :

Melin : moulin.
Pont : pont.
San : fond humide d’une vallée.
Moel, Mouel : Chauve ou de Mouel, nom de personne
Samuel : nom de personne (hypothèse privilégiée).
PONSAMOUEL en 1695.

En Argoedoù - Lein roc’h :

en argoed : l’avant bois, la lisière du bois.(1)
Formé du préfixe « ar » devant et le terme koad, koed, adouci à l’initiale, désigne d’une manière générale la Bretagne intérieure, ou définit de manière plus concrète le « bocage ». (2)
Lein : sommet, plafond.
Roc’h : roc, roche, rocher.

Nevran :

Nec’h : contraction de « kenec’h », colline.
Bran : corbeau, er vran, le corbeau.
Autre hypothèse : le sommet de la colline.

Nilizien :

Patronyme contenant « hael », noble, généreux, et « guethen », combattant.(1)
Autre hypothèse : « eien », source.

Pontigaoù :

Pont : pont
ig : suffixe diminutif
aoù : marque du pluriel.

Porzh klud :

Porzh : cour, maison importante.
Klwed : moyen breton, claie, barrière.
Kled : barrière.

Porzh er Gall :

Porzh : cour, maison importante.
Er Gall : nom de personne désignant à l’origine le gaulois, le français, l’étranger.

Poull fank :

Poull : trou, fosse, mare, flaque.
Fank : sale, boue, fange.

Poull raned :

Poull : trou, fosse, mare, flaque.
Ran : grenouille.
ed : marque du pluriel.

Pont samelin – Poull raned:

Pont : pont.
San : fond de vallée humide.
Melin : moulin.
Il y avait effectivement un étang et un moulin dans cette zone autrefois.
Poull : mare, point d’eau.
Ran : grenouille
Raned : marque de pluriel.

Quatre-vents – Park-lann bras :

Park : champ,
Lann : Lande, ajonc
Braz : Grand

Rodoué :

Roudou : gué

Rosegat :

Roz : terrain en pente couvert de fougère ou de bruyère, tertre, coteau.
Gad : lièvre.
Peut aussi provenir du nom de famille Er Gat.

Savellaoù :

Probable nom de personne, diminutif de « saver », éleveur.(1)
Savell : levée (2).
où : marque de pluriel.

St Félan :

Dans ce village, il y avait une chapelle dédiée à St Felan, évangélisateur. (période de la bretonisation de l’Armorique entre le 5ème et le 8ème siècle). Ce nom existe aussi au Pays de Galles.

Silfiac – Silieg :

La désinence en « ac » provenant de la désinence latine « acus » atteste que SILFIAC existait avant l’arrivée des bretons. Une hypothèse peut être que le pays de SILFIAC était désigné par l’appellation « Fundus Silfiacum », le « Domaine de Silfius » ; Silfius (ou Silvius) étant alors le fonctionnaire romain chargé de son administration. Témoin de cette présence romaine, la voie romaine qui traversait le bourg ; à proximité de celle-ci se trouvait une « mansio » (auberge), halte étape pour les voyageurs qui fut sans doute à l’origine de la naissance de SILFIAC.
Autre hypothèse : issu de « Silvae acus », hameau de la forêt.

Stank er bod :

Stank : étang.
Bod : touffe, buisson, fourré, résidence.
Ce village a été aussi appelé « Kerlouis » à une époque sous l’impulsion de Joseph Marie Cadouellan (1840-1920) qui y avait fait construire la première maison attribuée à l’ un de ses enfants lors du partage de ses terres ; ce village fût ainsi dénommé en l’honneur de son plus jeune fils qui portait ce nom.(3)

Stankaoù - Stank gozh :

Stank : étang.
aoù : marque du pluriel.
Kozh : vieux.
La version « Stank kozh » est citée par Albert Deshayes. (2)

‘Tal er groez :

E-tal : contraction en « ‘tal », près de…
Kroez : croix.

Ti nevez :

Ti : maison
Nevez : neuf, nouveau

Ti Mark :

Ti : Maison
Mark : cette maison, construite par Mr et Mme Cadouellan pour leur retraite au milieu des années 70, a ainsi été nommée en l’honneur de leur petit fils Marc Dubet. Le nom de la parcelle sur laquelle elle a été construite s’appelait « Park lann bihan ». (voir « quatre-Vents).

Le phénomène des mutations : dans certains cas, et ici notamment après l’article, les consonnes qui débutent un nom peuvent muter. Exemples : er Voustoer (Moustoer) – er Gozhker (Kozhker) – er Wern (Gwern)… Ceci répond à des règles grammaticales du breton (marque de genre, liaisons, après les prénoms possessifs….)

Les communaux :

« Lann Silieg désigne les communaux qui s’étendaient entre la route de Silfiac – Guéméné, celle de Guéméné – Lescouët et Berlez. Lors de leur partition et des défrichements apparaissent les villages ou les maisons de Kervégan (peut-être plus ancien), Kermaria, Kergreiz, Kerlann…
Il y avait aussi d’autres communaux :
Lann er vourc’h, du bourg à Lann juj et jusqu’à la route de Silfiac – Rostrenen,
Lann er vouilhé, dont les partages permettront la création des fermes de Stang er bod et l’une ou l’autre de Bodervedan.
Sans doute aussi, vers Lann Zarans … ou vers l’Ouest (Bellevue)…
Cette période du partage des communaux et des défrichements est d’ailleurs une des périodes importantes de la vie de la commune à plusieurs titres :
- la manière dont s’est fait le partage a conduit certaines familles à partir faute du minimum vital que permettait la vaine pâture et cela a déclenché une émigration vers les années 1880 – 1900, peut-être avant…
- l’amélioration des conditions de vie pour ceux qui restent explique la courbe démographique de 1881 à 1921.
- L’histoire sociale et politique pourrait aussi y trouver ses racines et ses reclassements… comme dans d’autres régions : les gens qui possèdent des attelages et les autres, frustrations, rancunes, etc.… et évolutions électorales… » (3)

(1) voir « dictionnaire toponymique du Centre Ouest Bretagne » - Michel PRIZIAC –
édition « Patrimoines buissonniers » - 2000.

(2) voir « dictionnaire des noms de lieux bretons » - Albert DESHAYES –
édition « Le Chasse Marée / ArMen – 1999.

(3) Hypothèse ou interprétation énoncée par l’Abbé Herménégilde Cadouellan, originaire de Silfiac et s’intéressant à ces questions.

Ces ouvrages ont servi a étayer les recherches sur l’origine des noms de nos villages, mais nous sommes très intéressés par vos remarques et suggestions afin de compléter et enrichir ce travail.

Retour

Sommaire

Haut de page